Tombez-vous dans le piège des fausses croyances en matière d’efficacité énergétique?

Bien s'éclairer en matière d'efficacité énergétique, une nécessité

 

Saviez-vous qu’il existe de fausses croyances solidement ancrées en matière d’efficacité énergétique?

L’efficacité énergétique est la raison d’être du Groupe d’intervention en énergie de Cascades (GIE). La réduction d’énergie consommée par les usines de l’entreprise est l’une de ses priorités. Aussi tenaces soient-elles, les fausses croyances n’ont pas leur place quand vient le temps de maximiser ces réductions!

Sébastien Lafourcade et Ulrika Wising résument bien 10 fausses croyances qui existent dans notre industrie, dans leur article « Think you’re energy efficient? » paru dans la revue Paper360° (édition de septembre/octobre 2011).

  • 1e fausse croyance : la technologie est la solution

Les logiciels de gestion énergétique, les contrôles avancés de processus et les logiciels d’analyse de données sont des outils utiles, mais leur efficacité repose avant tout sur l’utilisateur. Un système a beau être « intelligent », ce sont ceux qui l’utilisent qui ont le dernier mot.

Après tout, le contrôle prédictif par modèle peut être désactivé, et les tableaux de bord, ignorés. Il faut adapter la technologie aux gens, et non l’inverse. Les travailleurs n’ont pas besoin de nouveaux systèmes : ils ont besoin d’information, de préférence fournie dans leur milieu habituel afin qu’ils puissent mieux gérer l’énergie et voir leurs tâches facilitées.

Bref, il est primordial d’axer le processus sur les gens. Que faites-vous pour accroître les capacités des travailleurs?

  • 2e fausse croyance : il ne faut croire qu’en l’expertise et en l’expérience lors de la prise de décisions

Les usines de pâtes et papiers sont des processus complexes au long parcours semé de reconstructions, de réparations, d’essais et erreurs et de solutions astucieuses, le tout régi par un cadre d’exploitation bien précis. La résolution de problèmes s’avère donc particulièrement complexe.

L’expérience et l’expertise sont certes des atouts majeurs en faveur de la réduction des coûts liés à l’énergie, mais uniquement lorsqu’elles sont appuyées par des faits permettant de cibler les causes fondamentales d’un problème. Lorsque les indicateurs mensuels moyens et l’expérience ne permettent pas de considérer le problème dans son ensemble, tirez parti des données historiques sur votre processus.

Comparez votre usine avec les autres régulièrement. Si vous êtes dans le peloton de tête, que pouvez-vous faire pour y rester? Si vous ne faites pas aussi bonne figure, vous pouvez vous améliorer et devenir plus concurrentiel.

L’analyse de données vous donne un aperçu exact de votre situation et des possibilités d’amélioration. Tirez-vous pleinement profit des données historiques sur votre processus?

  • 3e fausse croyance : Nous avons déterminé ce qu’il faut faire – nous attendons simplement d’avoir le temps et l’argent

Un processus aussi complexe qu’une usine de pâtes et papiers offre forcément des possibilités de réduction de la consommation d’énergie. La réalisation de vérifications et de rapports sur l’énergie constitue la première étape, mais non l’étape la plus exigeante.

Dressez un plan d’action clair pour les trois projets prioritaires. Exécutez-les avec le soutien des travailleurs. Assurez un suivi des économies au moyen de données en temps réel sur le processus. Misez ensuite sur le succès obtenu pour « vendre » les prochains projets sur la liste, que vous financerez à même les économies réalisées.

Ne visez pas la perfection la première fois, mais assurez-vous de garder le cap. Vos projets relatifs à l’énergie font-ils partie d’un processus d’amélioration continue?

  • 7 autres fausses croyances réfutées par Sébastien Lafourcade et Ulrika Wising :
  • Efficacité énergétique = investissement en capitaux
  • L’énergie doit être gérée séparément de la production
  • L’énergie correspond à un pur coût de production
  • Nous avons besoin de ces polices d’assurances
  • La gestion de l’énergie est l’affaire d’une seule personne
  • La gestion de l’énergie relève (presque) uniquement de la direction
  • Faire interagir les questions énergétiques avec les procédés rend la gestion trop compliquée

Et vous, quelles sont les fausses croyances qui vous mènent la vie dure en matière d’efficacité énergétique? Que vous les observiez en entreprise ou à la maison, n’hésitez pas à les partager.

Imprimer Imprimer
À propos de l'auteur
Émilie Allen

Émilie Allen a obtenu son diplôme d’ingénieure chimique de l’Université Laval en 2002. Elle a débuté sa carrière chez Cascades GIE inc. (groupe d’intervention en énergie) la même année en tant que chargée de projets en énergie. Elle a su parfaire ses connaissances en électricité et en énergie thermique en plus d’acquérir un solide savoir-faire en efficacité énergétique. En 2006, elle s’est jointe à l’équipe de Norampac – Kingsey Falls en tant que superviseure technique. Cette expérience lui a permis de développer ses aptitudes en gestion de personnel et son leadership tout en mettant à profit ses connaissances énergétiques. Elle a effectué en 2008 un retour au sein de Cascades GIE inc. afin d’en assumer la direction, poste qu’elle a occupé jusqu’à la fin de 2010. Son ardeur au travail ainsi que son intérêt pour la sauvegarde de l’énergie l’ont amenée à occuper par la suite le poste de directrice corporative en énergie pour Cascades. Qu’est-ce qui la motive à travailler en efficacité énergétique? Rendre de gros équipements plus efficaces et moins polluants apporte une dimension noble à son travail et c’est ce qui lui plaît.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous en tant que:

Facebook