Cascades donne une deuxième vie au polystyrène… qui est moins méchant qu’on le croit!

Un mal-aimé bientôt dôté de nouveaux attributs écologiques!

Un partenariat exclusif a été conclu le 12 avril dernier entre Cascades et NextLife, qui permettra de recycler un « mal-aimé » du monde de l’emballage : le polystyrène (PS), aussi appelé le plastique numéro 6. Ce qui veut dire que vous pourrez bientôt acheter votre steak dans un emballage fait en mousse de polystyrène à contenu recyclé, oui c’est bien ça : à contenu recyclé d’origine post-consommation. Il sera donc plus éco-responsable, du jamais vu au niveau de ce type de barquettes alimentaires!

En tout respect pour l’environnement et la santé des gens

Concrètement, notre partenaire NextLife transformera en résine recyclée des produits en polystyrène qui seront récupérés à la fin de leur vie utile, donc du post-consommation. Il approvisionnera nos usines de cette résine, qui sera utilisée pour fabriquer des barquettes en mousse de polystyrène, comme celles utilisées dans l’emballage, entre autres, des viandes. La matière est approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) et par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), donc elle peut entrer en contact direct avec les aliments.

Comment ce projet a-t-il vu le jour? Cascades GPS Emballage – produits de consommation, a mandaté le CIRAIG pour effectuer une analyse du cycle de vie (ACV) de ses barquettes alimentaires, entre 2008 et 2010.  Conclusion qui peut en surprendre plusieurs : l’analyse a démontré que la barquette en mousse de polystyrène (EPS) est celle qui a le plus petit impact sur l’environnement parmi les produits analysés. Contrairement à la croyance populaire, l’empreinte environnementale d’une barquette en fin de vie ne représente qu’une mince partie de l’impact global de celle-ci au cours de son cycle de vie en entier : de l’extraction de la matière première, en passant par la transformation, le transport, son utilisation et sa disposition en fin de vie. Finalement on peut dire que la mousse de polystyrène n’est pas la grande méchante comme le veut la croyance populaire : c’est la fin d’un mythe!

Des recherches qui ont porté fruits

Une bonne façon de diminuer l’empreinte environnementale de la matière utilisée en fabrication est d’y ajouter du contenu recyclé. À titre d’exemple, les contenants alimentaires fabriqués en PET (le plastique numéro 1, généralement utilisé dans la fabrication de bouteilles d’eau et de boissons gazeuses) ont plus d’impact sur l’environnement que si la matière était composé à 60 % de matière recyclée – devenant donc du RPET (recycled polyethylene terephthalate)

Forte de ces découvertes, Cascades s’est lancée dans l’exploration d’une nouvelle avenue : intégrer du contenu recyclé dans la fabrication de ses barquettes en mousse de polystyrène PS, le plastique numéro 6. Nous avons identifié la compagnie Nextlife comme  fournisseur potentiel de PS recyclé. Après de nombreuses discussions et rencontres, une entente d’approvisionnement fut ficelée!

Les tests de production avec cette nouvelle matière première se déroulent bien. Nous prévoyons ainsi lancer une gamme de barquettes en polystyrène expansé à contenu recyclé (RXPS) d’ici la fin de l’année. Gardez l’œil ouvert!

Et vous, seriez-vous plus enclin à acheter un produit dont l’emballage est fait de polystyrène, si vous le saviez composé de matière recyclée?

Imprimer Imprimer
À propos de l'auteur
Michel Iliesco

Michel est spécialisé en gestion marketing et développement des affaires. Il œuvre au sein de Cascades Groupe Produits Spécialisés depuis 2007. Michel est activement impliqué dans une variété de projets pilotes, notamment touchant la récupération et le recyclage des plastiques. Le développement durable est pour lui synonyme d’un juste équilibre entre les gens, l’environnement et l’économie. Michel est diplômé de l’Université de Montréal en marketing et commerce international. Il détient aussi un MBA des HEC. Une des raisons ayant incité Michel à joindre Cascades : l’entreprise partage ses propres valeurs de prédilection, soit le respect, l’autonomie et l’entrepreneuriat. Comme il le dit souvent : il faut oser et essayer pour savoir, examiner les choses sous diverses perspectives, être curieux afin de progresser … et si jamais!

Articles connexes
15 commentaires
    • Michel Iliesco
      Michel Iliesco at 7:34

      Bonjour Julie, en fait dans la région de Victoriaville, il est possible de déposer les barquettes dans les bacs de récupération. Nous travaillons présentement de concert avec EEQ, Recyc-Québec, la Ville de Montréal et d’autres parties prenantes pour évaluer la faisabilité d’implanter un programme de récupération, par le biais des éco-centres ou de la collecte sélective. À suivre! Si ce projet se concrétise, soyez assurée que nous en partagerons les détails sur notre blogue. Merci de votre intérêt!

    • Michel Iliesco
      Michel Iliesco at 7:01

      Bonjour Michael. En fait, ils sont déjà recyclés à plusieurs endroits! Environ 32 % des Canadiens ont accès à des programmes de recyclage des produits en mousse de polystyrène (EPS), et 17 % des Québécois. De plus en plus, ces programmes sont accessibles à la population et mis en place par les municipalités, les industries ou des instances gouvernementales. Et l’intérêt pour de tels programmes va en augmentant! L’Ontario, le Québec, l’Alberta et la Colombie Britannique sont particulièrement actifs pour les développer. Voilà une excellente nouvelle selon nous.

    • Michel Iliesco
      Michel Iliesco at 9:10

      Bonjour Clément, oui ce sera avec plaisir. Comme nous sommes des fabricants, je pourrai vous mettre en contact avec les bonnes instances si vous le souhaitez. Michel

    • Benoit Mc Nicoll at 9:40

      Bonjour M. Iliesco,

      Aujourd’hui janvier 2013, où en sommes-nous au Québec en matière de recyclage du styromousse?
      Le problème de transport du à la légèreté du produit est-il résolu afin que la collecte du styromousse usagé puisse être rentable?

      Merci d’avance pour l’information

      Benoit Mc Nicoll

      • Michel Iliesco
        Michel Iliesco at 4:34

        Bonjour Benoit,

        Oui, le problème de transport du polystyrène est toujours crucial. Le Regroupement pour le recyclage du polystyrène a été mis en place en novembre 2012. Ce comité est composé de membres de l’industrie du polystyrène : entreprises, associations, experts, membres du secteur municipal et institutions. L’implantation d’un programme de récupération du polystyrène est un long processus! D’ici 2015, le comité souhaite développer un nouveau modèle d’affaires. Il permettrait de gérer et de financer la récupération et le recyclage du polystyrène. Il pourrait être adopté dans l’ensemble des municipalités québécoises. Pour atteindre ses objectifs, le comité désire mener à terme l’implantation et l’opérationnalisation d’un programme de récupération et de recyclage du polystyrène au Québec, en deux volets :

        Volet un : points de dépôts
        Volet deux : collecte sélective

        J’espère avoir répondu à vos interrogations. Merci de votre intérêt pour ce projet!

  1. Jean-Claude Cousineau at 8:39

    Bonjour M. Iliesco,
    Est-ce que le lancement des barquettes intégrant du polystyrène recyclé a eu lieu ? Sinon, quand croyez-vous que cela aura lieu ? Quel sera le pourcentage approximatif de résine recyclée qui sera intégrée dans ces barquettes ?

    • Michel Iliesco
      Michel Iliesco at 10:09

      Bonjour Jean-Claude,
      Le lancement de notre nouvelle barquette aura lieu d’ici quelques semaines. La teneur en contenu recyclé sera dévoilée lors du lancement officiel. Nous pourrons vous donner plus d’information si vous le désirez à ce moment!

  2. Robert Bérard at 3:41

    Étant donné que le polystyrène est très léger , oui , il est compacté pour le transport mais je donne quand même l’idée de véhicule super économique ( électrique ) que peut-être n’a pas la « force » mais pourrait emporter une très grande quantité de PS sans avoir besoin de le compacter !
    Le compactage est peut-être déjà nécessaire pour la transformation , mais bon !
    Les contenants code 6 rigide , passent-ils par le même traitement ou empruntent-ils un chemin différent ?

    Bonne journée !

    • Michel Iliesco
      Michel Iliesco at 7:55

      Bonjour M. Bérard,
      Le plastique #06, qu’il soit sous forme de foam ou rigide est traité sur la même ligne de tri, ce qui veut dire que dans ce cas, il est intégré au grade plastiques #2 à #7 qui est un peu le grade général des centres de tri de collecte sélective. Par contre, il faut noter que hormis les projets distincts comme celui en cours à Cascades, le recyclage du foam est loin d’être optimisé, car une grande partie des municipalités refusent ce matériel. C’est en soi une aberration, car il est aussi coûteux en transport de convoyer des barquettes de foam dans un camion de recyclage que dans un camion de déchets. Enfin, la possibilité pour le foam d’être convoyé vers un centre de tri lui donne au moins la chance d’être recyclé. N’oublions pas que le foam #6 reste un matériel dont le seul défaut est d’être léger… car contenant près de 95 % d’air. La fabrication d’une barquette de foam, comparativement par exemple à une barquette en plastique rigide de même taille, demande 95 % moins de matière première.

  3. Tracy Araujo at 9:27

    Bonjour M. Iliesco,
    Je cherche à comprendre le cycle de vie en quelque sorte de votre produit.
    Si je comprends bien, Cascade reçoit la résine recyclée de son partenaire Nextlife, produit ses barquettes, les vends à ses clients (les épiceries) qui eux s’en servent pour conditionner leurs produits alimentaires, puis une fois que les clients de ces épiceries jettent ces barquettes à la poubelle, est-ce qu’elles sont recyclées? Et si oui, qui les recycle? La municipalité? Nextlife?
    Est-ce que tout cela ce passe au Québec?
    Merci beaucoup d’avance pour vos éclaircissements

    • Michel Iliesco
      Michel Iliesco at 3:30

      Bonjour Mme Araujo,
      En fait depuis la publication de ce blogue, nous avons diversifié nos sources d’approvisionnement en polystyrène recyclé. En 2013, nous avons lancé EVOK : la première barquette alimentaire en mousse de polystyrène fabriquée avec du contenu recyclé, en Amérique-du-Nord. En substituant une partie de la matière vierge pour 25 % de matière recyclée, nous avons réduit substantiellement l’impact environnemental de nos produits ; une réduction de 20 % de nos émissions de gaz à effet de serre, comparativement à ceux que nous fabriquons en mousse de polystyrène traditionnelle.
      Quant aux consommateurs, selon les municipalités dans lesquelles ils habitent, ils peuvent disposer de leurs barquettes de diverses façons : par enfouissement, par le biais de la collecte sélective ou en points de dépôts. Ultimement les centres de tris recevant les matières récupérées des municipalités, provenant des programmes de collecte sélective ou des points de dépôts tels que les écocentres, vont en disposer selon les conditions de marché et les débouchés potentiels, locaux ou internationaux.
      Malheureusement, pour l’instant il existe peu de municipalités au Québec offrant des programmes de recyclage du polystyrène, tel que l’on peut en retrouver entre autres dans la région des Bois-Francs. Nous travaillons conjointement avec d’autres organismes, afin de mettre en œuvre des programmes de recyclage de polystyrène au Québec. Un exemple concret : je vous invite à consulter le blogue suivant :
      http://blogue.cascades.com/2013/10/30/recherche-dnumero-6/
      Nous espérons que le polystyrène sera inclus, de façon plus répandue, dans la collecte sélective des municipalités du Québec, et du reste du Canada dans les prochaines années. Je vous encourage à communiquer avec vos élus pour leur souligner votre désir de pouvoir recycler cette matière!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous en tant que:

Facebook