Lavage des mains : êtes-vous de type « papier » ou « séchoir »?

L’utilisation du séchoir contribuerait à augmenter la quantité de bactéries sur les mains.

Une scène classique. Vous quittez le lavabo, les mains mouillées mais bien propres, les yeux portés vers le mur à la recherche de « l’outil » qui vous aidera à faire disparaitre ce surplus d’eau. Séchoir? Papier à mains? L’un ou l’autre, parfois les deux, s’offrent à vous. Vous-êtes vous déjà demandé lequel était le plus hygiénique?

Le séchage des mains sous la loupe

Bradford Infection Group, University of Bradford, et Dyson Limited se sont posé la question et ont réalisé récemment une étude pour éclaircir ce point. Leur conclusion : se sécher les mains en les frottant avec du papier est la meilleure façon de réduire l’accumulation de bactéries.

Ces chercheurs ne sont pas les seuls à s’être penchés sur la question : l’Université de Westminster à Londres, en Angleterre, avait déjà mené une recherche similaire dont les résultats abondaient dans le même sens.  Les participants ayant utilisé du papier à mains se sont retrouvés avec jusqu’à 77 % moins de bactéries de toutes sortes. Le séchoir? Il a eu l’effet inverse. Il a contribué à augmenter considérablement la quantité de bactéries sur les mains : jusqu’à 254 % pour les séchoirs à air chaud, et 42 % pour les séchoirs à jet d’air.

Propagation des bactéries : mauvaise note pour les séchoirs

En plus d’examiner la présence de bactéries sur les mains, cette même étude s’est penchée sur deux autres aspects : la contamination potentielle des autres utilisateurs et l’environnement de la salle de bains. Conclusion : le séchoir à jet d’air peut propulser les micro-organismes à plus de six pieds, risquant ainsi de contaminer les utilisateurs et les lieux. Quant aux séchoirs traditionnels à air chaud, ils répandraient les micro-organismes à presque un pied de distance. Le papier essuie-mains, quant à lui, n’a pas entrainé de propagation de bactéries.

Dernier aspect sous la loupe : le nombre de bactéries dans les appareils eux-mêmes. Encore une fois, dur constat pour les séchoirs à mains : certaines des bactéries pathogènes s’y trouvant pouvaient potentiellement causer des maladies (E. coli, Staphylocoques).

Des solutions « sur papier »

Nous ne vous cacherons pas que de telles conclusions renforcent notre volonté d’offrir des produits aussi respectueux de l’environnement que de la santé. Le papier traditionnel a beau être reconnu comme étant une solution plus hygiénique, nous aimons croire qu’il est possible d’aller encore plus loin. Ainsi, nous offrons sur le marché des distributrices de papier mécanique sans contact Cascades Tandem®, qui permettent de réduire davantage l’incidence de la contamination croisée puisque les mains ne touchent jamais la distributrice de papier.

Également en 2010, nous avons lancé au Canada le premier Papier Intelligent®, l’essuie-mains antibactérien Cascades®, une innovation dans l’industrie du papier. Lorsqu’il absorbe l’eau des mains, son ingrédient antibactérien hautement soluble est transféré du papier vers la peau. Presqu’instantanément, il permet de réduire rapidement le nombre de bactéries pathogènes qui restent sur les mains.

Nous avons aussi comme objectif de sensibiliser les intervenants des milieux où l’hygiène et la santé sont au cœur des exigences : hôpitaux, cliniques, écoles, centres de soins, cuisines et industries œuvrant dans la transformation alimentaire. Nous y mettons déjà beaucoup d’efforts, et ça ne fait que commencer!

Et vous, quelles sont vos habitudes?

L’hygiène des mains est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années, notamment lorsque planait le spectre de la grippe H1N1. Beaucoup ont avoué avoir modifié leurs habitudes depuis. Et vous, quelle place accordez-vous au lavage des mains dans votre vie quotidienne?

Imprimer Imprimer
À propos de l'auteur
Isabelle Faivre

Isabelle fait partie de l’équipe marketing de Cascades Groupe Tissu depuis 2002. Elle supervise actuellement toutes les activités de marketing de la division des produits hors foyer en Amérique du Nord. Isabelle a grandi en France et y a étudié le marketing. Elle est diplômée de l’Université McGill, au Canada. Fière mère d’un garçon de 3 ans, Isabelle a l’ambition de préserver notre planète pour les générations à venir. Elle appuie ardemment les causes environnementales, conduit un véhicule hybride, et s’adonne au recyclage et au compostage autant qu’elle le peut à la maison. « Cascades est l’entreprise parfaite pour moi, explique-t-elle. Nous partageons les mêmes valeurs, et j’adore lancer des produits novateurs et durables. Je fais ce qui me tient le plus à cœur au quotidien! »

Articles connexes
4 commentaires
  1. ray piché at 11:21

    Je suis une fervente du papier à main dans les toilettes publiques , mais ce sont des choses tres tres rares DU PAPIER donc rendez votre étude sur la chose , publique et c’est nous les consommateurs qui en sortiront gagnant , les séchoirs sont des erreurs de marketting . Merci de nous donner la chance d’exprimer notre opinion, Ray Piché 819-583-4310 Moi j’achete Cascade pour papier hygienique, essuie-tout et tissus hygienique et je n’ai pas envie de changer mais vos nouveaux emballages de papier sont pas de toute beauté et vos designers ont manqué leur cible pour la nouveauté il devrait y avoir quelque chose de plus zen ou plus futuriste on dirait des emballages de produits pas chers, mais le message à la télé est bien

  2. AMGAR Albert at 3:46

    Bonjour,

    D’accord avec vous pour le papier comme essuie-mains mais pourquoi y ajouter un antibactérien qui n’apporte rien de plus, si ce n’est un peu de marketing !
    Cordialement

    • Isabelle Faivre
      Isabelle Faivre at 7:41

      En fait oui, ce papier comporte des attributs qui le rendent encore plus hygiénique que le papier essuie-main régulier! En plus de réduire considérablement le nombre de bactéries résiduelles sur les mains, l’agent antibactérien demeure actif pendant 30 minutes après son utilisation. Cela permet de diminuer de beaucoup les risques de contamination des mains au cours de la demi-heure qui suit le séchage, notamment lorsque les mains entreront en contact avec d’autres personnes, les robinetteries ou les poignées de porte. Le produit agit en quelque sorte comme une « barrière » pour les bactéries. Les utilisateurs sont ainsi mieux protégés, et les personnes avec qui ils entreront en contact peu après aussi.
      Nous publierons très bientôt un billet sur notre blogue qui décriera plus en détails les caractéristiques de ce produits. Merci de votre commentaire!

  3. soureya at 3:04

    les bactéries sont par tout, oui il faut se laver les mains à chaque fois pour éviter qu’elles se retrouvent dans notre organisme. Si avec du papier ça peut aller, c’est bon.Mais si on y ajoute un bactérien se mieux encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous en tant que:

Facebook