Pour être un papier écologique, il ne suffit pas d’être 100 % recyclé!

Comment déterminer quel papier a la plus petite empreinte environnementale?

Nous utilisons tous du papier, que ce soit pour nos besoins de bureau, pour l’impression d’un magazine ou encore d’une brochure promotionnelle. Le papier est un médium influent pour communiquer nos idées. Il est certain que d’en réduire notre consommation est le moyen le plus efficace pour limiter son impact sur l’environnement. Mais prenons-nous le temps de choisir le papier avec la plus petite empreinte écologique possible? Ce choix peut pourtant faire une différence énorme!

Alors, comment déterminer quel papier a la plus petite empreinte?

.

Avec l’ACV, on est fixé!

L’engouement pour les produits écologiques a créé une vague de nouveaux produits sur le marché. Les choix sont de plus en plus nombreux, et beaucoup de confusion entoure les certifications et affirmations environnementales. Il devient de plus en plus difficile de faire un choix éclairé.

Beaucoup croient qu’un papier fait de matières recyclées et certifié FSCR est le choix idéal. Mais rare sont les gens qui se demandent quel type d’énergie et quelle quantité d’eau ont été utilisés lors de sa fabrication.

Selon moi, l’analyse du cycle de vie (ACV) est le moyen scientifique le plus complet pour déterminer l’impact d’un produit sur l’environnement. Cette méthode de recherche rigourouse est reconnue internationalement autant par les entreprises, les gouvernements et les organisations sans but lucratif. Ma collègue décrit plus en détails ici ce qu’est l’ACV.

.

Des résultats encourageants

Chez Cascades, cette méthode nous a permis de comparer nos papiers à la moyenne de l’industrie nord-américaine des papiers vierges et 100 % recyclés. L’ACV effectuée par notre Centre de Recherche, a non seulement validé notre performance environnementale, mais nous a aussi permis d’identifier les forces et les points à améliorer de nos produits existants.

Les résultats sont impressionnants : alors que Rolland Enviro100MC a la plus petite empreinte environnementale, Rolland Opaque50MC a une plus petite empreinte que la moyenne des papiers non-couchés vierges et 100 % recyclés de l’industrie. Pour vous donner une idée, ces deux produits respectifs génèrent 67 % et 60 % moins de CO2 que leur équivalent vierge.

Lumière sur l’énergie

Lorsqu’on regarde les résultats en détails, on comprend rapidement que l’énergie est la principale responsable de ces résultats. L’industrie du papier utilise principalement du gaz naturel et de l’électricité provenant de la combustion du charbon ou du nucléaire. Ces types d’énergie contribuent à l’épuisement des ressources non renouvelables et émettent une quantité importante de gaz à effet de serre. Ils constituent une grande partie de l’empreinte écologique du papier en général.

Les papiers fins de Cascades utilisent plutôt du biogaz, une énergie locale et renouvelable provenant du méthane généré par la décomposition de déchets. Le biogaz comble 93 % des besoins thermiques de l’usine. C’est en grande partie cette énergie qui permet au Rolland Enviro100 et au Rolland Opaque50 d’avoir un si petit impact sur l’environnement.

.

Vraies, les promesses vertes?

Malheureusement, très peu de papetières en Amérique du Nord ont réalisé une ACV de cette envergure. Aucune n’a encore publié des résultats aussi détaillés. C’est pourquoi il est encore très difficile pour un consommateur de comparer deux papiers équitablement.

Par contre, une chose est certaine, du  papier 100 % recyclé c’est bien, mais du papier « écologique », c’est bien plus que ça! Lorsque vient le moment de choisir un papier pour vos projets d’impression, posez les bonnes questions. Assurez vous que des recherches crédibles, telle qu’une ACV, supportent les promesses « vertes » des fabricants. Peut-être le faites-vous déjà? De quelle façon jugez-vous de l’écoresponsabilité des produits que vous achetez?

.

Imprimer Imprimer
À propos de l'auteur
Valérie Bergeron

Valérie se passionne pour la stratégie d’image de marque, la réalisation de plans de communication intégrés et la commercialisation de nouveaux produits. C’est d’abord à titre de stagiaire qu’elle a joint l’équipe de Cascades en 2009; elle occupe aujourd’hui le poste de conseillère marketing et communication au sein du Groupe Papiers Fins. Valérie est diplômée d’un baccalauréat en commerce, spécialisation marketing, de l’Université Concordia. Sa curiosité et son esprit d’entrepreneur l’amènent à mener de front une variété de projets. « Travailler chez Cascades, véritable leader en matière de développement durable, est pour moi une belle façon de jumeler valeurs et travail. J’ai la chance de grandir au sein d’une équipe de travail dynamique et motivée avec qui je suis fière de mener à terme de grandes réalisations. »

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous en tant que:

Facebook