5 questions aux Incroyables comestibles

Les Incroyables comestibles : un mouvement citoyen d’agriculture locale.

Cascades prend plaisir à soutenir des projets novateurs et écoresponsables qui nous tiennent à cœur et nous inspirent. Cette semaine, notre équipe a choisi de mettre en lumière l’organisme Incroyables comestibles (IC). Il s’agit d’un mouvement citoyen d’autonomie alimentaire et d’agriculture locale qui tire ses origines de la ville de Todmorden, en Angleterre, mais qui connaît présentement un essor international. Petit portrait d’un mouvement écolo plutôt incroyable.

D’abord, le mouvement Incroyables comestibles incite les citoyens à se réapproprier la culture d’une alimentation locale en cultivant sur les espaces disponibles d’une municipalité. Tous sont donc invités à planter des aliments où ils le souhaitent et à afficher l’inscription « Nourriture à partager. Servez-vous librement, c’est gratuit.» Les Incroyables comestibles c’est une expérience de partage de nourriture et de connaissances pour faire germer l’idée que le jardinage, c’est un geste durable et accessible à tous!

Crédit photos : Laurence-Olivier Néron

Notre équipe a donc posé 5 questions à Gabriel Arguin, membre actif des Incroyables comestibles de Sherbrooke.

 –

Gabriel, c’est en fait une véritable révolution nourricière que vous proposez. En quoi ça consiste concrètement à Sherbrooke?

Le mouvement des Incroyables Comestibles s’est beaucoup impliqué à l’organisation de l’événement  « Sherbrooke: Ville nourricière » qui a eu lieu en mai 2014. Cet événement a regroupé plusieurs citoyens, organisations, municipalités et entreprises œuvrant dans l’agriculture urbaine. Ce fut un point de départ pour mettre en place des actions concrètes et rallier des citoyens à cette cause. La preuve, en plus des initiatives de jardinage des citoyens, les Incroyables comestibles s’impliquent lors d’événements gastronomiques de la ville de Sherbrooke pour faire valoir le mouvement.

Tomates, carottes, courges, quels sont les plants qu’il est possible de faire pousser ici au Québec sans trop de tracas? (Disons qu’on n’a pas tous le pouce vert!)

Déjà avec ceux que tu viens de mentionner, on a une bonne base, pour le pouce vert débutant! Ces légumes sont d’ailleurs relativement faciles à faire pousser. Sinon, il est possible de cultiver des fines herbes, les laitues, les pousses, les radis, les nombreuses variantes de haricots, les piments et les poivrons, les choux, les céleris, les céleris-raves, le brocoli, etc. Il ne faut pas oublier qu’on peut faire pousser des fruits : fraises, baies, cerises de terre, rhubarbe, etc.

Crédit photos : Laurence-Olivier Néron

Que dirais-tu aux gens qui souhaitent démarrer un projet « Incroyables comestibles » dans leur communauté? Quelles sont les principales étapes?

Il faut d’abord commencer en affichant un engagement clair : se photographier avec ses amis devant l’affiche de la municipalité et le logo des Incroyables comestibles. Cette photo pourra inciter les gens de la collectivité à suivre ce mouvement.

Mais il faut passer de la photo à la pelle! Commencer à jardiner et mettre l’affiche des Incroyables comestibles : « Nourriture à partager. Servez-vous librement, c’est gratuit! ». Elle peut être située sur le devant de votre maison, dans un rond-point populaire, dans un parc ou espace perdu devant la caisse pop! (De préférence, obtenez une permission avant de planter!). Lorsque beaucoup de citoyens se seront engagés, le mouvement deviendra de plus en plus connu. Cela éveillera un certain intérêt pour le jardinage!

Selon toi, quel est le légume que les gens peuvent cultiver et qui gagnerait à être connu? (Peut-être pourrais-tu nous partager ta meilleure recette!)

Moi, je suis plutôt du type fruit! Je suis fan des cerises de terre qu’on peut ajouter à une panoplie de recettes : en collation, dans une salade, un coulis dans un dessert et même en confiture! Sinon, la rhubarbe qui est très bonne en tarte et en confiture, mais ma mère ne voudrait pas que je donne sa recette!

As-tu une confession écolo à nous dire? Comme personne n’est parfait, en quoi aimerais-tu améliorer tes habitudes quotidiennes pour réduire ton empreinte écologique? On jase, là.

J’avoue, je ne consomme pas toujours des légumes de saison et j’ai un faible sur certains produits importés : les fruits et aliments asiatiques et orientaux et les fromages européens.

Imprimer Imprimer
À propos de l'auteur
Florence Côté-Fortin

Florence est conseillère en communication chez Cascades depuis 2014. Elle a obtenu un baccalauréat en communication, rédaction et multimédia - Profil coopératif de l’Université de Sherbrooke. Curieuse de nature, ses tâches de conseillère en communication l’amène à en apprendre tous les jours sur divers sujets. « J’aime partager avec des Cascadeurs qui œuvrent dans des domaines complètement différents du mien. Je crois que cette qualité est nécessaire lorsqu’on travaille dans des domaines reliés aux communications. Je suis fière de travailler pour une entreprise responsable, humaine et transparente. Cascades possède une couleur bien a elle, c’est, à mon avis, un fleuron au Québec. »

Articles connexes
2 commentaires
  1. Michael Labarre at 6:51

    Bonjour, en fait j’ai une question. Nous avons un passage piéton vert (sans trottoir) au bout de ma propriété et nous pensions ma conjointe et moi installer un espace nourriture a partager. Malheureusement, c’est pas la motivation qui manque mais un budget pour réaliser ce projet. Nous venons d’acheter la maison (en juin dernier) et nous nous concentrons/investissons sur notre propre jardin. Alors, voila ma question, est-ce que Cascade aide financièrement des particuliers dans ces projets. C’est pas grand chose, car nous parlons seulement de bois (pour faire des caissons et de la terre).

    Merci

    Michael

    • admin
      Florence Côté-Fortin at 7:50

      Bonjour Michael!
      Quelle bonne idée d’installer un espace pour jardiner! Cascades soutient plusieurs entreprises qui ont la fibre écologique. Par contre, vu le nombre élevé de demandes de commandites pour tous les types de projets, nous ne pouvons encourager un projet bien précis bien que l’idée soit géniale. Je vous souhaite un bel été!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous en tant que:

Facebook