Coup de cœur pour des écoentrepreneurs : Respecterre et My deuxième chance, membres de la Cité Écologique

Respecterre

Crédit photos : Respecterre

 

Chaque mois, Cascades met en lumière de jeunes entrepreneurs qui se démarquent par leurs pratiques responsables et leurs valeurs environnementales. Ce mois-ci, nous sommes heureux de vous présenter deux entreprises innovantes et écoresponsables, membres de la Cité Écologique : Respecterre et My deuxième chance. Entrevue avec Ugo Dutil, représentant des ventes chez Respecterre, et Svetlina Charbonneau, propriétaire de My deuxième chance.

 

Services offerts

Respecterre | Vêtements écologiques et éthiques pour femme et homme, de type prêt-à-porter, des vêtements de sport et des sous-vêtements.

My deuxième chance | Vêtements écoresponsables en tissus recyclés pour femme : robes, tuniques, vestes, jupes, pantalons et autres.

 

Nombre d’employés

Respecterre | 4 associés et 6 employés œuvrant dans le design, la taille du tissu, la confection des collections, la production, l’inspection, les ventes et le marketing, etc.

My deuxième chance | Seule (eh oui! Elle est toute seule, avec l’aide ponctuelle de sa sœur et ses ami(e)sé)

 

L’atelier Respecterre. Crédit photos : Respecterre

 

Saviez-vous que….

Respecterre confectionne des vêtements avec d’autres compagnies éthiques québécoises telles que Message Factory, Oöm ethikwear et Éthika d’Attraction.

My deuxième chance utilise parfois des objets insolites, comme des goupilles, dans ses créations.

 

My_deuxieme_chance_Cascades

Crédit photos : My Deuxième Chance

Matériaux

Respecterre | Les vêtements sont faits avec des fibres de viscose de bambou, d’eucalyptus (tencel), de coton bio, de chanvre et de lin.

My deuxième chance | Vêtements récupérés provenant des friperies et retailles de chanvre, de bambou, de coton biologique, de lin, et d’autres tissus écoresponsables qui proviennent de chez sa voisine, Respecterre.

 

Entreprise et philosophie

Respecterre | L’entreprise fournit une alternative durable dans le domaine du vêtement en offrant des vêtements faits de fibres naturelles. Les produits et la philosophie de Respecterre sont en liens avec celle de la Cité Écologique, dont les quatre propriétaires et la plupart des employés sont membres.

My deuxième chance | L’entreprise propose une solution originale et créative au gaspillage des textiles et à l’industrie polluante et peu éthique qu’est celle de la mode, tel que l’exprime la créatrice : « Ma façon de m’exprimer passe par mes créations où l’on retrouve une explosion de textures et de couleurs. Sortir des sentiers battus, oui, mais le faire avec la conscience de nos gestes et de nos choix, cela résume assez bien ma philosophie », avoue Svetlina.

 

La Cité Écologique est un écovillage situé à Ham-Nord, au Québec, qui propose divers services à ses membres. Outre les emplois qui y sont implantés, les familles qui y vivent ont accès à un service de garderie et une école alternative inspirée de la philosophie Waldorf et Steinner. Les enfants y apprennent les notions académiques de base, bien sûr, mais ils font des randonnées en nature, du jardinage, des arts (musique, danse, théâtre) et plus de sport que dans les écoles classiques. La Cité offre également un groupe d’achat d’aliments bio, un service d’autopartage et une résidence sur place à distance de marche du lieu de travail.

 

Photo extérieur de l'atelier

La Cité Écologique, située à Ham Nord au Centre-du-Québec. Crédit photos : Respecterre

 

Où l’idée a-t-elle germée?

Respecterre | « L’idée vient d’une nécessité, explique Ugo Dutil. Nous sommes manufacturiers de vêtements depuis plus de 20 ans. En 2005, les lois sur les taxes pour la confection à l’étranger ont changé et c’est devenu moins cher de faire confectionner les vêtements dans d’autres pays (Bangladesh, Chine, Cambodge, etc.) […] Nous n’étions plus en mesure d’aller chercher des contrats, nos prix étant non compétitifs par rapport à ceux de l’étranger. Nous avons donc décidé en 2007 de créer et de vendre notre propre collection pour continuer nos activités. C’est à ce moment que nous avons choisi de créer une entreprise en lien avec nos valeurs écologiques […].»

My deuxième chance | Svetlina est née à l’écovillage La Cité Écologique. Elle s’est inspirée de sa mère, qui travaillait dans un atelier de couture quand Svetlina était toute petite. En expérimentant avec les retailles et bouts de tissus trouvés, elle a rapidement eu la piqure. Lors d’un stage chez Respecterre, Svetlina a eu l’occasion de découvrir toutes les facettes du vêtement : couture, coupe, inspection, expédition, création des nouveaux modèles, achats des tissus, création des collections, gradation des patrons. Ayant toujours été écoresponsable et sensibilisée, c’est tout naturellement qu’elle a commencé à réutiliser les matières résiduelles de Respecterre et autres vêtements jetés pour en faire des créations. De fil en aiguille (c’est le cas de le dire !), My deuxième chance est né de ce réemploi.

 

Finalement, ces deux entreprises inspirantes membres de la Cité Écologique proposent de véritables trésors-à-porter écoresponsables, à prix étonnamment abordables pour des pièces originales, durables, confortables (je vous le confirme, pour avoir quelques morceaux moi-même) et qui cachent des efforts inestimables derrière leurs pratiques exemplaires.

 

Emplacement des ateliers

Respecterre et My deuxième chance
689, 8e Rang
Ham-Nord, QC, G0P 1A0
www.respecterre.com et www.mydeuxiemechance.com

 

Points de vente

My deuxième chance

 

Respecterre

 

 

Imprimer Imprimer
À propos de l'auteur
Maude Sévigny

Maude occupe le poste de conseillère en communications chez Cascades à Kingsey Falls depuis août 2015. Diplômée du baccalauréat en communications de l’Université Sherbrooke, elle achève présentement sa maîtrise dans le même domaine. Venant d’un petit patelin, elle comprend l’importance de l’implication dans la communauté. Animée par l’environnement, la vulgarisation scientifique et les innovations, elle occupe un poste qui correspond aux défis qu’elle recherche. « Travailler chez Cascades est pour moi tout naturel : en plus de coller à mes valeurs, le milieu pétille d’opportunités motivantes! »

Articles connexes
1 commentaire
  1. Andrée Robert at 9:38

    Merci pour cet article inspirant!
    J’ajouterais, pour ceux que ça intéresse, que La Cité Écologique ouvre ses portes à chaque été, au mois d’août, pour une journée spéciale « Porter l’avenir ». Il suffit de s’inscrire à l’infolettre sur le site web http://www.citeecologique.org, ou de suivre l’écovillage sur Facebook pour en être avisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous en tant que:

Facebook